Le temps

DSC_0162

Notre rapport au temps est particulier. Peut-être en raison de cette pensée folle: « Le temps, c’est de l’argent ». Il ne s’agit donc pas de perdre son temps avec des choses inutiles.

C’est intéressant de se poser la question de la relation que nous entretenons avec le temps.

Moi-même,  j’avais jusque-là une relation conflictuelle avec le temps: je n’avais pas le temps, peu importe où j’allais, j’étais souvent en retard. Je me disais: « Il me reste 5 minutes, je vais faire encore ceci ou cela » et finalement j’oubliais le temps de trajet et j’arrivais en retard, je m’en excusais et j’étais mal.

Cette relation au temps a radicalement changé à la naissance de ma fille aînée. Je me suis mise à son rythme. Je l’observais téter, s’agripper, découvrir ses mains, ses pieds, expérimenter avec son corps, découvrir sa voix… J’avais le temps de lui laisser le temps de grandir à son rythme, je m’émerveillais de ce petit être au départ si fragile qui peu à peu et très rapidement apprend à connaitre son environnement et à le maitriser. D’un point de vue extérieur, je perdais mon temps mais intérieurement j’ai beaucoup grandi avec ce petit maître.

Je continue d’être en retard mais maintenant je suis plus paisible, sans agenda. Autour de moi, je connais très peu de femmes s’étant autorisé ce temps  de pause auprès de leurs enfants. C’est un vrai choix financier, un choix de sobriété (heureuse). Je suis attristée de voir que très peu de femmes s’accordent cette liberté. On peut trouver de multiples raisons:

  •  Je viens de m’acheter une maison, une voiture… financièrement ce serait impossible.
  • Dans ma famille, ça ne se fait pas du tout, je serais mal vue.
  • Je m’ennuie à la maison avec les enfants, ce n’est pas ma vocation, je me sens seule.
  • Etc.

C’est intéressant de mettre dans une balance d’un côté le fait d’être auprès de son enfant sa ou ses première(s) année(s) de vie et le fait de garder le même niveau de vie qu’auparavant.

Prendre du temps avec son enfant, c’est se donner les moyens d’apprendre à le connaitre, de partager plus qu’un stress quotidien, qu’un repas-bain-livre-et-au-lit-.

C’est aussi un investissement à long terme: le temps investi dans la petite enfance à accompagner son enfant dans les étapes importantes avec recul, bienveillance, douceur, amour ne sera pas à investir plus tard pour essayer de réparer des troubles éventuels du sommeil, de l’alimentation, de la confiance en soi, du comportement…

Et puis finalement à l’échelle de toute une vie qu’est-ce qu’un, deux ou trois ans? Pour un adulte, ce n’est pas grand chose et pour un tout petit c’est l’établissement des fondations pour la construction de cette nouvelle vie. Ces premières années de vie sont essentielles pour établir une relation d’attachement avec son enfant, ce lien privilégié à un adulte lui permet de construire sa confiance en lui, en l’autre, au monde.

D’autre part, il y a l’allaitement. Les femmes qui ont réussi à mettre en route l’allaitement doivent très vite arrêter pour reprendre le chemin du travail. Tout le monde sait pourtant que le lait maternel est ce qu’il y a de plus parfait pour le bébé et notamment pour développer son système immunitaire.

Dans ces deux exemples ( attachement et allaitement) il s’agit d’un problème de vision à long terme. Ce qui est également problématique, c’est de croire que nos choix sont sans conséquences.

Il en va du bonheur de nos enfants.

Le temps, c’est du bonheur!

 

Le temps

Un commentaire sur “Le temps

  • 2 juillet 2016 à 15 h 31 min
    Permalink

    Je ne travail et je garde ma fille a Tp plein et je prend leTp. le matin du Tp pour moi déjà je me lève tôt et c est un moment pour moi je déjeune tranquille et me prépare .
    Ma fille
    Se lève quand elle le souhaite, ensuite petit déjeuner et pour la toilette je ne la presse pas je lui laisse le Tp tranquille de jouer un peu ( elle aime
    Bcp le matin regarder des livres Ou écouter de la musique ).
    On se laisse le Tp de tout je ne la presse jamais on fait à son rythme et je m
    Adapte ( je sais bien que le fait de ne pas travailler est une chance pour moi et pour elle )
    Mon choix de ne pas reprendre le boulot a été bien réfléchie et simplement parce que je voulais prendre le Tp de vivre ac ma fille et de laisser ma fille tranquille.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :